Avenue des Champs-Elysées: j’achète!


Ce fut un week-end bref mais instructif. Je me rendais à Paris pour un séminaire des Jeunes Européens Fédéralistes, séminaire qui fut extrêmement instructif et très bien organisé, mais qui ne sera pas l’objet principal de mon post.
J’allais à Paris pour diverses raisons supplémentaires. Premièrement, pour « découvrir » à nouveau cette ville qui est potentiellement mon futur terrain de jeu (et de chasse ^^). Ensuite, pour rendre visite à des amies qui me sont chères: Marion, oui oui, celle du blog, qui m’a adorablement logé à l’aide d’un BZ moelleux, de pains aux laits, de thé au fruits rouges et de Freebox -tout pour me rappeler mon appartement lyonnais- tout en éveillant mon sens de l’humour zéro degré en pleine rame de métro (- Marion, on prend le 6.. Nation! – Tu veux dire le tournoi? – …); Pénélope, the Pénélope, Péné, bref, cette jeune fille parfaite et dynamique qui vivait avec moi au Viêt Nam et que j’ai retrouvée intacte et rayonnante dans la grisaille parisienne (- Franck tu es allé chez Fouquet’s? Mais c’est naze, démodé, nul, tu t’es senti comment? C’est à chier non? – Clair – Ah tu vois! T’es con quand même!) ; Laure, amie du Viêt Nam également, que je n’ai pas vraiment eu le temps de voir mais qui aura une soirée rien que pour elle à mon retour.
Je suis littéralement tombé amoureux de Paris. Son métro immense et complexe, ses rues pleines de japonais (pas de chinois, je suis arrivé trop tard), ses cafés hors de prix, ses monuments magnifiques, ses rencontres hasardeuses (tiens, Michel Drucker! tiens, Fabrice Lucchini! tiens, Luis Fernandez!, tiens! mon frère!), Montmartre, Beaubourg, l’avenue de la Bourdonnais… Tout m’a vraiment enchanté. Même le quai de la gare Saint-Lazare m’a paru être un véritable délice.
Comme tout fondant au chocolat, toute tarte au pomme, toute boule de glace coco, le dessert a été consommé trop vite, et je suis de retour -à l’étroit- à Lyon. Les quatre lignes de métros me font doucement rigoler. En fait, Lyon c’est un peu comme les petites voitures qu’on avait quand on était petit: on les adore, mais on rêve de s’acheter la grande, la vraie. Et bien je rêve aujourd’hui de me payer Paris.

2 Comments
  • Benoît
    Posted at 01:23h, 25 avril Répondre

    Putain !!! Tu es devenu en un week-end plus Parisien que les Parisiens, même de Laurianne et Olivier c’est pour dire ! Évidemment je te souhaite d’aller y vivre et d’en faire ton terrain de chasse, mais j’ai bien peur que tu regrètes assez vite la douceur de vie lyonnaise (3è ville de France la plus agréable à vivre… cf. mon blog). En tous cas, ne t’éloigne pas trop vite, on a un petit travail commun qui nous attend ^^
    Paris est superbe, Paris est grand, Paris est la diversité, Paris est la distraction et Paris c’est LA nuit. Mais Paris c’est le bruit incessant, la vie chère, le stress, les grises mines, la pluie, l’arrogance et les mauvaises odeurs. Donc Paris c’est génial un week-end mais l’enfer à l’année.

  • Unimaru
    Posted at 02:03h, 25 avril Répondre

    @Benoit Tu as raison! Il faut y vivre à l’année pour juger ^^ Mais disons que j’ai moins peur de m’y engager maintenant. Et ne t’inquiète pas, quelque soit le résultat de mes admissions, je reste un JE Lyon, et je travaillerai toujours aux JE Lyon, et je reste un Lyonnais de coeur, écrivant un livre avec un lyonnais de coeur :p

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.