Devenir droits-de-l’hommiste pour les nuls

Article rédigé conjointement par Nicolas C. (la plume acerbe d’un blog people) et Franck Bourbon (la plume édulcorante de ce blog).

Alors que vont débuter les JO, la bien pensance droits-de-l’hommiste occidentale s’est mise en branle et se rachète une conscience sur le dos de cette bonne vieille dictature chinoise (en attendant de trouver un nouvel os à se mettre sous la dent). Les plus éminents cerveaux du monde libre ont trouvé moult solutions pour libérer ces 1,4 milliards de Chinois opprimés.

Attention, libérer le Chinois n’est pas chose aisée. L’opération requiert d’y investir temps et argent. Pour débuter, le libérateur aka Liberator doit soigner son apparence. On n’imagine pas Superman sauver le monde sans ses collants, eh bien de la même façon, Liberator ne s’imagine pas sans son t-shirt RSF ! Vous savez, celui avec des menottes à la place des anneaux olympiques. Comme Liberator est riche, il aura consenti à verser à RSF 25€ pour porter son t-shirt issu du commerce équitable. Alors que le collectif « La Chine peut-elle interdire la couleur orange? » propose quant à eux pour le même but – et de manière plus… comment dire… web 2.0?, bref, une véritable action citoyenne – de jouer gratuitement avec la couleur orange pendant les JO (vêtements oranges, éplucher une orange, etc).

Seconde étape : le sauveur chinois doit faire passer son message. Ça tombe bien, il est imprimé sur son t-shirt ! Malheureusement, parce qu’il souffre au pouvoir d’achat, Liberator ne pourra se rendre directement en Chine pour exhiber son message et terroriser le dictateur chinois. Du coup, le t-shirt « Sans Frontières » restera au pays. Ça tombe bien (oui, encore), c’est le plus beau pays du monde ! De toute façon, quand on aime, peu importe la distance. Et on les aime nos amis Chinois, non ? Enfin, surtout quand ils nous font du riz cantonnais et qu’ils nous envoient leurs produits à bas prix Made in China. Par contre, lorsque cela nous arrange, ils deviennent la cause de tout ce qui peut nous arriver de mal: délocalisations, guerre du textile, mauvaise qualité, effet de serre… Peu importe, l’Occident a pour habitude d’être généreux et de diffuser (terme occidental pour définir l’imposition) sa bonne parole, et ce sans balayer devant sa porte – la France est, on le sait tous, tellement exemplaire en terme de droits de l’Homme

Liberator a aussi trouvé un autre moyen de mettre à mal le régime chinois : faire signer des pétitions numériques et créer des groupes Facebook ! Il peut ainsi répandre la bonne parole à une vitesse record. Bon, bien sûr, comme l’Internet en Chine est verrouillé, personne là-bas ne verra jamais toutes ces choses. Mais l’important, c’est de participer, et de faire savoir qu’on participe.

Sur Facebook, on voit fleurir des commandos « Je boycotte la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin ». D’après ce que disent les créateurs, s’abstenir de regarder la cérémonie est un geste simple mais fort de désapprobation. Bon, le seul souci, c’est qu’il faut un boîtier Médiamétrie pour pouvoir effectivement faire chuter l’audience. Mais encore une fois, c’est l’intention qui compte.

Au fait, avez-vous vu ces articles fort intéressants dans le Monde et le Figaro ? Ils racontent comment les autorités chinoises censurent le Net. Apparemment, tout ça est très sophistiqué et compliqué ! Heureusement, des gens des pays libres sont là pour les aider ! Cisco Systems, Microsoft, Yahoo!, Google… Nous, il paraît qu’on va leur construire des EPR, des gros avions et leur vendre des yaourts.

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.