Le dilemme des valises et autres sacs

Dans cinq jours, je quitte le domicile familial que je squatte depuis juin pour aller squatter chez Marion à Paris, avant de prendre un vrai appartement rien qu’à moi.

Bref, vous l’aurez compris, un nouveau déménagement, donc de nouveaux bagages à préparer. Et je me rends compte que je suis un mec très paradoxal à ce niveau là. S’il s’agit de partir pour quelques jours, voire une semaine, je suis un des plus légers. Je ne prends en général que mon petit sac Converse très convoité (certaines personnes étant prêtes à payer, y compris de leur corps pour l’obtenir). J’y mets le strict nécessaire, roule mes T-shirts en nems vietnamiens et pouf. D’ailleurs je déteste être chargé en voyage. Si je pouvais partir sans sac je le ferais. Demandez à Marion, qui m’héberge régulièrement…

En revanche, quand il s’agit d’un voyage à plus long terme, comme une année au Vietnam, ou un déménagement à Paris, je suis un peu plus embêté, et j’aimerais tout emporter. Comment se séparer de mes bouquins de politique, d’Histoire, de design? Comment oublier ma complète garde-robe, costumes et chaussures compris? Comment ne pas emmener mon Home Cinéma et mon matériel informatique? Comment ne pas prendre mes cours (à peine lus pendant ma scolarité), mes papiers plus ou moins importants, mes souvenirs, mes objets de déco, mes CDs (et avec les pochettes, même s’ils sont tous sur mon disque dur externe…)?

Pour la petite histoire, au retour du Vietnam, en larmes évidemment, je fais enregistrer mes bagages. La jolie vietnamienne de service m’explique que non, 60kg de bagage, ça ne passera pas. Et que payer les kilos supplémentaires revenait à acheter un deuxième billet. J’ai du me séparer d’objets si précieux, qui sont toujours à Saigon à l’heure où j’écris… Huhuhu…

Et donc aujourd’hui, je me trouve dans l’obligation d’être léger (squattage oblige) pour un mois et demi, puis de faire monter le reste de mes bagages en voiture quand j’aurais enfin un logement à moi (devrais-je dire une cage à lapin?).

Pour un centriste, ne vous déplaise, je ne suis pas un homme de concession: c’est tout ou rien, au moins au niveau des bagages. Mais au moins, je ne suis pas comme ces filles qui ont douze sacs dès que le trajet dépasse les 2 heures…

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.