Rien de plus banal, je l’ai fait des milliers de fois. Allumer sa cigarette, remonter son col. Il fait nuit, je suis sur mon balcon, quelque part dans le 15ème arrondissement de Paris. Je lève les yeux au ciel, et j’observe le tableau. Quelques étoiles brillent et des nuages forment des dessins mobiles.

Personnellement j'ai arrêté en constatant que ce n'était pas réciproque….. Vous n'êtes pas parfaits. Et laissez-moi vous épargner le suspens, Je ne suis pas parfait non plus. Je ne saurai sans doute jamais faire un lit. J'oublie la fête des grand-mères chaque année. Je culpabilise quand je vois une affiche "Don...

« Tu vas beaucoup nous manquer. - Allez bon vent ! - Tu reviendras nous voir de temps en temps hein ? - Champagne ! » Ca te rappelle quelque chose ? Umh, oui, je le sais, ça sent le vécu, toi aussi tu as vu fuir un(e) ex-collègue ? D’ailleurs, pour faire simple, nous l’appellerons Roger, oui Roger...Ou Jean-Louis... umh non, Mathilde alors ? Bref, revenons à Roger.

Voilà. On y est. J'ai passé le cap, j'ai 25 ans aujourd'hui... Je ne peux pas dire que cette situation m'enchante. Cela fait des semaines que je me lamente de la fin de ma jeunesse. Mais quel meilleur moment pour faire un petit point sur une petite vie ? Bien sûr, il me reste encore de larges années à écouler, de nombreuses expériences à vivre, de lieux à découvrir, de gens à rencontrer. Mais, aujourd'hui plus que jamais, je suis embrassé par le sentiment du "c'était mieux avant", ou cette douce nostalgie. Douce mais douloureuse, car ô combien vaine. Nous ne retournerons jamais au passé, nous ne revivrons jamais ce que nous avons déjà vécu. Si j'en ai déjà parlé dans mon article sur la nostalgie, je me suis amusé à constater ô combien nos désirs peuvent être paradoxaux, à l'échelle d'une décennie.